« Designer » la Gouvernance d’un réseau en création. Cas d’usage du hub-France de Gaia-X

Published by Olivier GARRY on

« Le hub français de l’initiative européenne GAIA-X a été officialisé le 3 décembre 2020, et par son premier comité de pilotage en plénière en janvier 2021.
Le comité de pilotage devait présenter ses principes d’organisation et de gouvernance pour le passage à la deuxième du projet, après six mois d’activité.

Au-delà du partage entre acteurs de l’importance des enjeux du projet, de l’identification des « objets de gouvernance » et de la définition du rôle de chaque acteur pour une priorisation des actions à mener, c’est bien un défi collectif qui sous-tendait le projet de gouvernance du réseau.

« Mobiliser et gagner le pari de la confiance et de l’implication des acteurs pour la réussite de la « plateformisation de l’économie française »,

tel était l’enjeu de la journée d’intelligence collective en designthinking.

2 ateliers, 2 demi-journées, une priorisation opérationnelle.

Les deux ateliers ont permis de prioriser les quelques 40 actions sous-tendant la gouvernance du réseau et de définir les conditions de réussite à court terme.


#BIM : les acteurs, leurs ressentis, leur rôle, leurs besoins

Avec l’extension rapide du réseau, et l’arrivée de nouveaux acteurs majeurs possibles dans la gouvernance, il était nécessaire de fixer une cartographie la plus exhaustives possibles des parties prenantes et de leur rôle potentiel.

La diversité d’attentes, de besoins, de statuts des acteurs a nécessité de bien comprendre leur état d’esprit pour que la gouvernance du réseau puisse répondre aux attentes et besoins d’usage d’une telle communauté. Le travail d’empathie a permis aux membre du « board » de se projeter dans la « peau » des parties prenantes sur ce projet ppur mieux identifier leurs freins et potentiels d’actions. Naturellement une cartographie relationnelle des acteurs et leurs attentes a pu être établie par le travail collectif et l’apport du regard de chacun.

Techniques utilisées : carte d’empathie, cartographie carte mentale


#BAM : les besoins, les actions

Plus traditionnel, la seconde phase des ateliers a permis de lister les actions nécessaires pour répondre aux différents besoins des acteurs du réseaux afin de les regrouper pour identifier les grands axes de la gouvernance.

Techniques utilisées : carte action-acteur


#BOUM : les priorités, le plan d’action

La dernière phase a permis de déterminer les actions les plus urgentes à mettre en place pour rapidement faire des « preuves de concept », le levier d’une confiance des acteurs dans le réseau naissant. Identifier les actions ultra-prioritaires et les acteurs pouvant rapidement les lancer, tel était l’enjeu très opérationnel de la sortie des deux ateliers des deux demi-journées

Techniques utilisées : cartographie des actions ; priorisation par gomettes


Spécificité du design sur le projet

La plus-value du #designthinking n’a pas résidé dans l’identification des solutions, ni leur priorisation. Un travail classique d’atelier aurait permis ce résultat.

En revanche le travail préalable d’#empathie des acteurs (carte d’empathie) pour que les parties prenantes de l’équipe noyaux partagent collectivement les attentes et besoins de leurs membres et futurs membres a lui, en revanche, été déterminant pour ensuite trouver rapidement les solutions.

50% du temps d’atelier sur la phase d’#empathie sur des problématiques de #reseau naissant s’avère un minimum pour trouver vite un plan d’action oéprationnel


Olivier GARRY

Olivier, designer de services et fondateur de BimBamBoum > voir le profil complet - linkedin (https://www.linkedin.com/in/ogarry/)

0 Comments

Laisser un commentaire

Avatar placeholder

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *